Lot n°0032

« Le traité le plus complet de mythologie comparée qui existe ».- DUPUIS [(Charles François)]. Origine de tous les Cultes ou Religion universelle. Paris, H. Agasse, An III [1794], 7 tomes en 12 volumes 8° et un Atlas 4°, t. 1, vol. 1 et 2 : XXXII-371-1 blanche p. et [4] p., pp. 371-750 (nombreuses erreurs de pag.) ; t. 2, vol. 1 et 2 : [4]-459-1 blanche p. et [4] p., pp. 459-898 ; t. 3, vol. 1 et 2 : [4]-471-1 blanche p. et [4] p., pp. 471-930 (nombreuses erreurs de pag.) ; t. 4, vol. 1 et 2 : [4]-421-1 blanche p. et [2 (sans faux-titre)] p., pp. 425-860 ; t. 5 : [4]-620 (les 12 premières en chiffres romains) p. ; t. 6, vol. 1 et 2 : [4]-380 p. et [4]-492 p., 1 tableau dépliant ; t. 7 : [4]-341-1 blanche-286 p., 2 tableaux dépliants ; Atlas : frontispice, 16 p., 22 planches sur double page, demi-veau brun à petits coins de l'époque, dos lisses ornés de filets dorés, pièces (titre et tomaison) maroquinées rouge, nom d'un propriétaire en lettres dorées en queue des dos : « L. LEBRUN » (bon état général, qq. usures et accrocs aux vol. de texte, coiffes abîmées et usures à l'Atlas, bruniss. et rousseurs habituelles). Édit. originale 8°, publiée en même temps que l'édit. 4°. L'Atlas comprend un frontispice allégorique dessiné par Ducoudray, gravé à l'eau forte par Pauquet et terminé au burin par P. H. Trière et 22 planches en taille-douce par Trière, Tardieu et autres. Ces planches représentent la planisphère astrologique égyptienne, celui des travaux d'Hercule, celui des courses d'Isis, celui des travaux de Thésée, des voyages de Bacchus, un vase antique, les tableaux de Mithra, le calendrier d'Isis (portail de Notre-Dame), les systèmes cosmogoniques des Syriens et des Arabes. Les 3 grands tableaux dépliants représentent les signes du Zodiaque, de leurs génies et de leur influence pour le 1er, les mois chez différents peuples anciens et modernes pour le 2d et enfin pour le 3e les planètes. S'appuyant sur un vaste travail comparatif, Charles-François Dupuis (1742-1809), érudit, scientifique et homme politique français, cherche à démontrer l'origine commune des positions religieuses et astronomiques chez les Égyptiens, les Grecs, les Chinois, les Perses et les Arabes. Son postulat est que « le mot Dieu paraît destiné à exprimer l'idée de la force universelle et éternellement active, qui imprime le mouvement à toute la nature ». Visé au premier chef, le christianisme n'échappe pas à ce qui se présente comme une entreprise de démystification : « cette fable a le même fondement que tous les autres fables solaires ». Cet ouvrage - qui est selon Caillet « le traité le plus complet de mythologie comparée qui existe », ainsi qu'« une inépuisable mine de science maçonnique » - sera condamné à la destruction sous la Restauration pour « outrages continuels à la religion de l'État, ainsi qu'à la morale universelle » (Dorbon, n° 1404 ; Caillet, n° 3420). Peu commun en bonne condition.
Estimation: 200/300€