Lot n°0038

Impression parisienne du 16e illustrée.- Missale Romanum, ex decreto Sacrosancti Concilii Tridentini restitutum. Pii V. Pont. Max. iussu editum. Cui accessit Kalendarium Gregorianum perpetuum. Parisiis, Apud Iacobum Kerver, 1582, petit in-folio, [36, dont titre]-234-44 feuillets + 20 pages (page de titre : Indices Romani Missalis compendio quidquid in eodem continetur, dilucide ante oculos ponentes. Parisiis, Apud Iacobum Kerver, 1578 ; à la p. 20 non chiffrée, la grande et belle marque typographique de Kerver, la licorne) + 65 f. (manque le dernier f. blanc ?) (en tête du 1er f. : « Proprium festorum ordinis minorum ad forman officii novi redactam »), impression en rouge et noir, plain-chant noté, trois grands bois représentant la Visitation ([36v]), la messe de saint Grégoire (f. 1) et la crucifixion (f. 118), plusieurs centaines de vignettes et de grandes et petites lettrines, reliure de l?époque, veau brun estampé sur ais de bois, 4 cabochons en cuivre à chaque plat, 4 écoinçons en cuivre aux coins extérieurs, restes et traces de fermoirs, dos à nerfs refait, feuillets de garde renouvellés (f. de titre défraîchi et en partie doublé, petit trou à la date, manque au f. 103 avec perte de qq. mots, légère bruniss., f. 117 [Crucifixion] renforcé, bords renforcés au f. 118, traces de manipulation, particulièrement pour le « Canon Missae », texte lu à chaque messe, ff. 118-125, mouillure à la dernière partie). Au verso blanc du titre, on peut lire une note manuscrite ancienne concernant la visite en 1597 de l?évêque de Bois-le-Duc Gisbert Masius à l'église St-Lambert à Helmond. Avec l'imprimerie, l'uniformisation de la liturgie romaine s'accélère. Les autorités ecclésiastiques et les éditeurs locaux maintiennent néanmoins les habitudes et les particularismes diocésains en introduisant dans le texte imprimé des usages pratiqués depuis le Haut Moyen Âge. Le concile de Trente perçoit le problème et demande au pape Pie IV d'établir un missel commun à l'Église latine. Ce qui est réalisé par saint Pie V le 14 juillet 1570, et la publication de la bulle « Quo primum ». Par ce texte, il impose le missel de la cour pontificale à l'ensemble de l'Église latine, à l'exception des lieux et des communautés possédant un rite propre depuis plus de deux cents ans. Ce missel est appelé tridentin d'après son titre. Une des quatre (?) éditions du Missel imprimé par l'imprimeur parisien Jacques Kerver mort en 1583, qui en avait reçu le privilège en 1570.
Estimation: 40/60€